Agriculture et multifonctionnalité

L’ensemble des parcelles agricoles à la ferme (voir image ci-après) a fait l’objet d’une préparation de terrain, d’une fertilisation de base avec engrais naturel et d’un ensemencement au sarrasin afin de mettre celles-ci en état de production à compter du printemps 2011. Les travaux de labour profonds, d’amendement de chaux et d’installation de drains souterrains auront permis de jeter les bases d’une nouvelle ère de production sur ces parcelles. La production proposée s’appuie sur le sens commun en tenant compte de la dimension relativement restreinte des aires de productions soit environ 9 ha. Il n’en demeure pas moins que l’exploitation agricole des lieux, aussi infime qu’elle soit, nécessite d’être poursuivie considérant tous les efforts déployés depuis 1882 pour donner une occupation agricole à ces terres.

Une deuxième phase de préparation de terrain à permis de labourer, fertiliser et ensemencer avec des plantes mellifères. L’aménagement multifonctionnel proposé dans le cadre de ce projet a été réalisé dans la parcelle #2. Cette parcelle a fait l’objet d’une implantation progressive de l’argousier (Hippophea Rhamnoïdes).  Le paysage agricole dans cette parcelle est maintenu par la culture de plantes mellifères pour la récolte de fourrage sur l’ensemble de la parcelle.argousiers2016_genreCette pratique à permis l’implantation progressive de la culture d’argousier tout en maintenant la qualité du paysage.  Le champ de plantes mellifères est maintenu à l’intérieur du verger d’argousier favorisant l’aspect visuel des lieux et accentuant la qualité paysagère.  Les fleurs mellifères ainsi que l’argousier vont permettre d’introduire une production agricole à forte valeur interprétative. Étant facilement accessible cette culture paysagère va permettre d’appuyer le tourisme local et en particulier le volet agrotouristique de la ferme.  La liste des plantes mellifères qui vont être cultivé  comprend le trèfle, la luzerne et le mil pour l’argouseraie et une variété de plantes mellifères indigènes sont cultivés dans une prairie attenante à l’argouseraie. Cette prairie comporte plus de 23 différentes espèces de plantes mellifères dont le Mélilot, le Dandelion, la verge d’or, l’aster et l’agastache. L’ensemble de ces plantes sont réparties dans la parcelle de manière à composer une culture paysagère représentative des prairies herbacées des collines de Grand-Mère (CER MDDEP).

Ares_AgroFor

L’ensemble des parcelles agricoles (1-2-3) va permettre de maintenir un haut niveau de qualité cultural et de rendement agricole. La production combinée sur l’ensemble des parcelles (1-2-3) de luzerne, de plantes mellifères et d’argousier va assurer un rendement élevé des parcelles tout en maintenant la qualité du paysage et la protection de la biodiversité. De plus, l’interaction avec un producteur laitier de proximité va permettre de consolider d’autres productions agricoles dans la communauté. La culture de plantes mellifères à permis l’installation de ruches favorisant la production de miel local. La multifonctionnalité du projet a un impact bénéfique pour la communauté locale tant sur le plan économique, social qu’écologique.

La production d’argousier

La production d’argousier [Hippophae Rhamnoïdes] a fait son chemin à la ferme depuis 2008. À ce moment et depuis lors, nous avons voulu trouver une nouvelle façon de mettre en valeur les parcelles en introduisant de nouvelles cultures dites émergentes.

Plusieurs facteurs nous ont intéressé par cette production agricole, mentionnons :

  • Les propriétés nutraceutiques de l’argousier
  • Les produits à haute valeur ajoutée.
  • Les conditions climatiques favorables à St-Édouard de Maskinongé (Élévation et climat).
  • Les superficies de sols disponibles à la ferme.
  • Le besoin de diversification des cultures.
  • La tolérance aux types de sols pauvres que l’on retrouve à la ferme (sables loameux)

Finalement, nous avons opté pour l’idée d’implanter une production d’argousier pour les raisons suivantes :

  • D’abord parce qu’il s’agit d’un arbuste fruitier qui s’adapte très bien à des sables loameux (série Morin, Sainte Angèle) et aux conditions climatiques extrêmes (+30 à -30 Celsius) du site;
  • Il s’agit d’une culture émergente au tout début de son expansion pour laquelle les perspectives de croissance de marché sont intéressantes, les investissements requis relativement peu élevés et un retour sur l’investissement après sept ans.

Il n’y a jamais eu de production d’argousier à St-Édouard de Maskinongé.  Les limites culturales de l’argousier sont le climat (altitude) et le type de sols. Dans les deux cas, le site de St-Édouard de Maskinongé se prête bien à cette culture.  Peu de projets d’argousiers ont été réalisés dans la région et le rendement des productions est basé sur les expériences de cultures ailleurs au Québec et au Canada (M. Trépanier Université Laval 2012).

20160613_174521

Dans ce contexte, la production d’argousier comporte un certain niveau de risque.  Le délai de production prévue pour cette nouvelle culture est inclus dans l’analyse du projet.  Le rendement maximal de production ne sera pas atteint avant 2018. Les premières récoltes d’argousiers sont prévues en 2015.  Le projet vise l’implantation progressive de plants afin de favoriser une rotation annuelle des récoltes et une stabilité des revenus à moyen terme.  Le projet à permis la plantation de 4000 plants d’argousiers au cours des trois dernières années occupant plus de 85 % de la surface de la parcelle #2.

argousiers2016_annee

La plantation a nécessité l’installation d’un réseau de drainage souterrains, la préparatoire du sol (labour, hersage), la fertilisation et la pose de paillis biodégradables autour des semis.

20160613_174500Les travaux de plantation ont été documentés en vue d’obtenir la certification biologique de la production. Le maillage de la culture d’argousier avec les plantes mellifères à permis de bonifier le modèle de culture et favoriser la multifonctionnalité de la parcelle tout en assurant la certification biologique de la production d’argousier.   L’objectif d’occuper en argouseraie la totalité de la surface de la parcelle #2 est maintenant réalisé. Les bandes entre les rangées d’argousiers sont cultivées en plantes à propriété mellifères et fourragères (trèfle, luzerne et mil) de manière à favoriser la production de miel et la récolte de fourrage à raison de deux à trois fauches par année. L’espacement entre les rangées est de quatre mètres.  Cet espacement est suffisant pour permettra la récolte du fourrage.

 

 


Advertisements
  1. Leave a comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: